• sliderLAVIE

    "La vie après la drogue"

  • sliderBESSE

    "3 maisons d’accueil"

  • sliderBOISBOURDIN

    "3 maisons d’accueil"

  • slide breteche

    "3 maisons d’accueil"

  • drogue à l’espe2

    "De la drogue à l’espérance"

La restructuration personnelle

Un rythme de vie équilibré

La restructuration personnelle passe par la reprise d’un rythme sain, en respectant les horaires de lever et de coucher, les temps de travail et de repos. Nos journées sont donc bien rythmées.

La relation à l’autre

Un des principaux problèmes du toxicomane est un problème relationnel : il ne sait pas entrer en relation avec l’autre. Caché derrière des masques de défense, habitué aux mensonges et aux faux-fuyants, maître dans l’art de paraître bien pour mieux se cacher, le toxicomane doit apprendre à être en vérité, à se laisser rejoindre par l’autre, à nouer des relations authentiques.
Pour cela il doit retrouver l’usage d’une parole vraie, à travers laquelle il se dit et s’engage.

Nous avons ainsi des réunions de partage, sorte de groupe de parole où chacun fait l’effort de s’exprimer, de faire le bilan de sa semaine, de dire son axe de travail personnel, de réfléchir avec les autres sur sa progression personnelle. C’est l’occasion de se confronter au regard de l’autre, qui nous aide à découvrir qui on est. A côté de ce travail en groupe, un travail deux à deux est mis en place. En effet chaque jeune est accueilli dans la maison par un plus ancien et accompagné par un membre de l’équipe pédagogique, toujours disponible pour l’écouter, le conseiller, l’éclairer et assurer ainsi un suivi régulier, personnel, adapté à la personnalité du jeune. Si le jeune le désire ce travail peut être complété d’un suivi psychologique par un thérapeute, un psychologue, un psychiatre, etc.

Ce travail va permettre au jeune de mieux se connaître, de reprendre confiance en lui, de mieux maîtriser ses envies et son imaginaire. On apprend à ne pas faire ce qu’on veut, comme on veut, quand on veut. Il faut coopérer avec les autres, les écouter, les respecter.

filles1L’apprentissage de la responsabilité

Tout ce travail tend à apprendre au jeune à être responsable de sa vie, de ses actes. En se découvrant et en s’acceptant tel qu’il est, en découvrant sa capacité à traverser avec succès un passage difficile sans avoir recours à des produits, le jeune reprend peu à peu confiance en lui et peut prendre sa vie en main. Il est ainsi éduqué, par étapes, au sens des responsabilités :

  • responsabilité vis à vis de soi :  hygiène, ordre, respect des horaires
  • responsabilité vis à vis du travail :  soins aux animaux, cuisine, mécanique
  • responsabilité vis à vis d’autres personnes :  parrainage, accueil d’un nouveau,
    participation à l’organisation de la maison

Découvrir de vraies amitiés

Dans le milieu toxicomane, les relations n’étaient basées que sur des relations de force où prédominaient, entre autres, l’intérêt personnel et le mensonge.

Il est donc nécessaire de rétablir un contact sain et vrai avec d’autres personnes, et si possible de développer des liens d’amitié. Cela demande de passer beaucoup de temps ensemble, ce qui est facilité par la vie communautaire.

A Saint Jean Espérance nous veillons tout particulièrement à ce que chacun fasse l’expérience de l’amitié dans sa vie.